Syndrome du choc toxique : tampons plus dangereux que les coupes menstuelles ?!?

Grâce à des personnages comme Lauren Wasser, la mannequin qui a perdu sa jambe à cause du syndrome de choc toxique (SCT), il y a aujourd’hui plus d’informations & de littérature internet sur la façon de prévenir le SCT.

Malheureusement, cette tendance anxiogène dans les articles de presse, les mises en garde et les « études soi-disant médicales » (sponsorisées) ont créé beaucoup de désinformation au sujet des SCT. Selon une étude récente, 81% des femmes utilisent exclusivement des tampons seuls ou en association avec un autre produit d’hygiène comme l’utilisation d’une coupe menstruelle.

Je ne veux pas vous mentir et rétablir la vérité sur les tampons.  Quel que soit le type de flux menstruel que vous avez, vous devez connaître la meilleure – et la plus sûre – façon de le gérer.

C’est pourquoi cet article est dédié à briser 8 des mythes les plus communs et les plus ridicules sur le syndrome du choc toxique !

 

1. Vous obtenez des SCT à partir des matériaux utilisés dans les tampons

La réalité : le syndrome du choc toxique est la conséquence de bactéries du type Staphylococcus – et ces bactéries sont probablement déjà présentes dans votre corps.

Ne flippez pas, Elles ne vous feront pas de mal ! Elles font partie de notre vie. Ces bactéries ne deviennent dangereuses que lorsqu’elles peuvent se multiplier rapidement, ce qui signifie qu’elles sont plus susceptibles de produire des toxines rapidement.

Bien qu’il soit important de changer votre tampon au moins toutes les 8 heures pour empêcher cette bactérie de se développer, c’est l’environnement de votre corps, et non le tampon lui-même, qui est propice à la croissance des bactéries.

 

2. Les tampons sont la seule façon d’obtenir le syndrome du choc toxique

C’est un autre mythe. En fait, vous pouvez même contracter des SCT à la suite de brûlures, de coupures, d’interventions chirurgicales comportant des incisions partout dans le corps et d’autres infections de la peau.

Encore une fois, c’est la bactérie que j’ais mentionnée plus haut qui est la cause de SCT – et non pas les tampons eux-mêmes.

Vous devriez également savoir que tout produit menstruel (ou autre chose !) que vous mettez à l’intérieur de votre vagin peut faire croître ces bactéries si ils sont souillées ou laissées en place trop longtemps.

La diabolisation des tampons comme « la seule façon » d’obtenir des SCT doit cesser.

 

 3. Les symptômes se manifesteront au niveau du bas du corps (bas ventre / vagin)

C’est un mythe qu’il est irresponsable de répandre, parce que ce genre de désinformation peut vraiment mettre les femmes en danger. Bien sûr, si vous éprouvez un inconfort vaginal quelconque, il est toujours préférable de consulter votre gynécologue.

Mais Il peut s’agir d’une MST ou d’un SCT.

En réalité, les SCT s’accompagnent souvent de symptômes grippaux. Si vous ressentez de la douleur, de la confusion, des étourdissements ou si vous vomissez ou avez de la diarrhée, ce sont des symptômes plus courants du syndrome de choc toxique.

symptomes du choc toxique Staphylococen

4. Le SCT arrive parce que les tampons peuvent se coincer

Nous avons souvent entendu des gens prétendre que les tampons peuvent se coincer et que vous ne pourrez pas les faire sortir, ce qui entraîne des SCT.

La question que nous leur posons est la suivante : où vont-ils exactement ces tampons, à leur avis ? La bonne nouvelle, c’est que votre vagin ne fait que cinq centimètres de long et qu’il s’arrête dès qu’il atteint le col de l’utérus.

Si bien sûr, un tampon peut bouger, il est impossible qu’il disparaisse soudainement. Si vous craignez d’avoir perdu un tampon, essayez de vous détendre et de respirer. Ceci fera glisser le tampon vers l’avant, pour que vous puissiez le retirer.

 

 5. Le syndrome du choc toxique est une maladie sexuellement transmissible

Bien qu’il soit évident que vous devrez retirer votre tampon avant de vous livrer à une activité sexuelle, l’idée que le syndrome de choc toxique est une MTS est ridiculement + médicalement fausse.

C’est une infection bactérienne, comme beaucoup d’autres MST mais n’est aucunement liée aux rapports sexuels. Que vous choisissiez d’avoir des rapports sexuels pendant vos règles dépend entièrement de vous mais l’utilisation d’un tampon ne provoque pas de MST.

 

 6. Vous risquer un SCT si vous oubliez de changer votre Tampon

Même si vous laissez accidentellement un tampon pendant trop longtemps (hey, ça arrive) la probabilité que le pire résultat possible se produise est très faible. Vous pouvez vous détendre.

En fait, il se peut même que vous ayez eu des amies qui ont accidentellement laissé leurs tampons pendant quelques jours. Bien que ce ne soit jamais une bonne idée de laisser votre tampon plus longtemps que prévu, vous n’allez pas mourir parce que vous l’avez fait une fois.

Au lieu de cela, il vous suffira probablement d’aller voir votre gynéco pour le faire enlever en toute sécurité.

 

 7. Le SCT touche exclusivement les femmes

Puisque vous savez maintenant que le syndrome de choc toxique n’est pas seulement causé par les tampons, il ne faut pas s’étonner non plus que les affirmations selon lesquelles il n’affecte que les femmes soient, « totalement bidon ».

Les hommes, et tristement même les enfants, sont tout aussi susceptibles d’avoir le SCT que les femmes. C’est pourquoi si vous remarquez une coupure sévèrement infectée sur la peau de votre partenaire ou de votre enfant, vous ne devez pas retarder l’examen médical.

 Mieux vaut prévenir que guérir.

 

 8. SCT arrive tout le temps

Compte tenu des mises en garde extrêmes sur les boîtes de produits menstruels, on pourrait croire qu’il y a un nouveau diagnostic de SCT toutes les deux secondes. Heureusement, ce n’est tout simplement pas vrai.

Peu importe le genre d’histoires horribles que vous avez lues sur Internet, le syndrome de choc toxique n’est pas si commun. En fait, même en France, il n’ y a qu’environ 40 cas de SCT par an, et les décès (s’il y en a) se situent dans les chiffres infimes.

Et les morts ou les amputations dont vous avez entendu parler ? Incroyablement rare aussi. De plus, cela s’est produit parce que, malheureusement, les femmes n’ont pas suivi les instructions d’hygiène évidentes et basiques conseillées par le fabriquant de la protection hygiénique.

Tant que vous changez votre tampon fréquemment (bien que vous n’ayez pas besoin de le changer à chaque fois que vous utilisez la salle de bain), tout ira bien!

Arrêtez de croire ces 8 mythes !

J’espère que cette liste vous a donné une grande tranquillité d’esprit quant à l’utilisation des tampons.

Afin d’éviter les chocs toxiques, assurez-vous toujours de rester et d’être le plus hygiénique possible lorsque vous changez vos protections, et suivez attentivement les instructions sur la boîte.

De plus, il se peut que vous réalisiez que les tampons ne vous conviennent pas pour l’instant. Ne vous inquiétez pas – il y a plein d’autres solutions durables, sûres et efficaces pour vous. En particulier, je vous recommandes d’utiliser une coupe menstruelle, comme la Diva Cup ou la Lunette Cup.

Bien qu’il y ait une courbe d’apprentissage importante, une fois que vous obtenez le coup de main, ces coupes menstuelles sont saines, écolo et économiques.

Elles ont une plus grande capacité que les tampons et sont plus respectueuses de l’environnement. Bien sûr, puisque vous l’achetez une seule fois et que vous la réutilisez pendant des années, elle est bien moins chère que les autres produits d’hygiène féminine jetables.

Et bien sûr, vous aurez beaucoup moins de chance d’avoir des SCT que les tampons normaux. À ce jour, un seul cas de syndrome de choc toxique associé à l’utilisation d’une coupe menstruelle a été signalé.

CQFD les filles !

 

Laisser un commentaire